Taux de diplomation et qualification au secondaire


La Commission scolaire des Chênes se réjouit des données émanant du Rapport 2018 sur le Taux de diplomation et qualification. Ce document, diffusé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, place la région Centre-du-Québec au premier rang québécois pour le taux de diplomation et de qualification après cinq ans pour les élèves du secondaire.

Rappelons que ces données ont été mesurées auprès des élèves ayant débuté leur formation en 2012 et terminé en juin 2017. Lorsque l’on parcourt ce rapport, on remarque que la progression des élèves de la Commission scolaire des Chênes se maintient. En effet, ce bilan contient des nouvelles positives pour la commission scolaire. 

Au final, on constate notamment que de plus en plus d’élèves obtiennent, avant l’âge de 20 ans, un premier diplôme dans un délai de sept ans après leur entrée au secondaire, que ce soit à la formation générale des jeunes, à l’éducation des adultes ou en formation professionnelle.

Écarts favorables

De façon concrète, on observe que le pourcentage d’élèves ayant obtenu un premier diplôme demeure en hausse, comme en témoignent les données qui suivent :

- 63,9 % des élèves ont obtenu un 1er diplôme après 5 ans en juin 2016
- 67,7 % des élèves ont obtenu un 1er diplôme après 5 ans en juin 2017 
(en hausse de 3,8 %  comparativement à 2016)
- À cet égard, la moyenne provinciale, pour le réseau public, est de 66,1 %. 

Par ailleurs, on remarque :

- que le taux de diplomation est passé à 75,2 % après six ans d’observation en 2017 (soit deux points de pourcentage de plus qu’en 2016)
- que le taux de diplomation est passé à 78,4 % après sept ans d’observation en 2017 (soit 2,3 % de plus qu’en 2016)

Stabilité chez les garçons, hausse chez les filles

Fait à souligner, le taux de diplomation chez les garçons, qui présente des signes encourageants depuis quelques années s’est maintenu au même niveau qu’en 2016, soit à 72,9 %, après sept ans d’observation.  Chez les filles, après une légère diminution à 79,5 % en juin 2016, le taux des filles a fait un bond de 4,8 % pour s’établir à 84,3 %, toujours après sept ans d’observation. 

Optimisme mesuré

Le président de la Commission scolaire des Chênes, M. Jean-François Houle, est heureux des résultats obtenus, tant à l’échelle régionale que locale. Son optimisme à ce sujet demeure mesuré. 

« Il faut comprendre par-là que le défi de la persévérance demeure entier. Cela dit, il y a lieu de se réjouir des progrès observés. De 71,6 % qu’il était pour la cohorte 2006-2013 (sur sept ans), notre taux de diplomation a bondi de près de 7 % pour notre cohorte 2010-2017, pour atteindre 78,4 %. Si nous maintenons cette vitesse de croisière, j’ai bon espoir que nous atteindrons la cible de 84 % fixée dans notre Plan d’engagement vers la réussite (PEVR), pour notre cohorte 2015-2022. Plus que jamais, notre PEVR, dont la mise en place est encore récente, est porteur d’espoir et celui-ci doit absolument être soutenu par toute notre communauté, » de dire M. Houle.

Par ailleurs, le président est d’avis qu’il est important de diffuser et de commenter ces résultats, car le conseil des commissaires qu’il préside a un important devoir de reddition de comptes à l’égard de la population, particulièrement en matière de réussite éducative. 

Pour sa part, le directeur général de la Commission scolaire des Chênes, M. Lucien Maltais, attribue cette progression aux gestes posés au quotidien par l’ensemble des membres du personnel. 

« Tous les projets réalisés dans nos écoles, tant au préscolaire, au primaire, au secondaire, en formation générale aux adultes qu’en formation professionnelle, nous permettent d’avoir la conviction que nos résultats continueront de s’améliorer. Notre personnel, par son leadership pédagogique, de même que les parents et autres intervenants agissent en cohérence dans les interventions mises en place. C’est là un facteur-clé de la réussite », affirme M. Maltais.


Publié le 2019-03-29


Autres nouvelles